Espèces non indigènes - Façade Nord Atlantique - Manche Ouest

Publié le 3 juin 2020 — Modifié le 3 juin 2020

Évaluation de l’atteinte du bon état écologique au titre du descripteur 2 « Espèces Non Indigènes »

Synthèse : D2 - Espèces non indigènes

  • Les espèces non indigènes (ENI) sont une menace majeure pour la biodiversité marine, et ont également des impacts socio-économiques importants. Depuis 2012, plusieurs indicateurs ont été définis pour renseigner et évaluer le Descripteur 2.
  • Un seul indicateur (NIS3 : indicateur commun OSPAR) est suffisamment développé pour permettre de réaliser une évaluation semi-quantitative et partielle du critère primaire D2C1 (nouvelles introductions), selon un standard européen.
  • Le NIS3 a été calculé pour ce cycle (2012-2018) à partir d’un travail de synthèse bibliographique qui a permis de mettre à jour la liste nationale des ENI.
  • Depuis 2012, un total de 34 nouvelles ENI ont été signalées dans les 4 sous-régions marines françaises, dont 28 correspondent à un premier signalement à l’échelle de la France sur ce cycle : 7 nouvelles ENI ont été signalées en Mers Celtiques, et 7 dans la partie Nord du Golfe de Gascogne.
  • Dans la mesure où aucun seuil définissant le « niveau maximum » d’introduction d’ENI compatible avec le BEE n’est actuellement défini, il n’est pas possible d’évaluer l’atteinte du BEE au titre du descripteur 2 pour la SRM MC et le nord de la SRM GdG.
  • Les données actuellement disponibles sont insuffisantes (nombre d’ENI concernées, couvertures spatiale et temporelle) pour réaliser une évaluation quantitative de l’atteinte du BEE au titre des critères secondaires D2C2 (abondance et répartition) et D2C3 (impacts sur les écosystèmes).