Intégrité des fonds marins - Façade Nord Atlantique - Manche Ouest

Publié le 3 juin 2020 — Modifié le 3 juin 2020

Évaluation de l’atteinte du bon état écologique au titre du descripteur 6 « Intégrité des fonds marins » (critères D6C1, D6C2 et D6C3)

Synthèse : D6 - Intégrité des fonds marins

Les pertes (D6C1) et perturbations physiques (D6C2) potentielles des fonds marins, ainsi que les superficies des habitats benthiques potentiellement impactés par ces perturbations (D6C3), sont évaluées pour la première fois pour la façade NAMO. L’adjectif « potentiel » traduit ici les nombreuses hypothèses et incertitudes associées à cette évaluation.

Les pressions physiques potentielles sur les fonds marins sont évaluées à partir de données relatives aux activités anthropiques susceptibles de générer ces pressions : aménagements côtiers, extraction de granulats marins, dragages et immersions de matériaux de dragage, mouillage, aquaculture et pêche professionnelle aux arts traînants.

Les pertes physiques potentielles des fonds marins (D6C1) représentent une superficie de :

  • 59,8 km² dans la SRM MC (soit moins de 0,2 % de la superficie de la SRM),
  • 77,1 km² dans le nord de la SRM GdG (soit moins de 0,1 % de la superficie de cette UMR).

Les perturbations physiques potentielles des fonds marins (D6C2) représentent une superficie de :

  • plus de 42 700 km² dans la SRM MC (97 % de la superficie de la SRM),
  • 56 000 km² dans le nord de la SRM GdG (environ 57 % de la superficie de l’UMR).

Bien que l’utilisation des données disponibles concernant la pêche professionnelle aux arts traînants majore la surface effectivement sous pression, l’évaluation montre que pratiquement 100 % de la superficie des perturbations physiques potentielles des fonds marins est imputable à cette activité.

De nombreux grands types d’habitats benthiques sont potentiellement perturbés à plus de 90% de leur étendue (D6C3), principalement en raison de la pêche professionnelle aux arts traînants.

La fiabilité de ces résultats est considérée comme faible dans la mesure où de nombreuses incertitudes existent du point de vue de la qualité des données utilisées, mais aussi du fait des hypothèses et interprétations nécessaires à l’évaluation des différents indicateurs renseignant les D6C1, D6C2 et D6C3.