Mammifères - France métropolitaine

Publié le 8 juin 2020 — Modifié le 8 juin 2020

Rapport scientifique pour l’évaluation 2018 au titre de la DCSMM

Évaluation du descripteur 1 « Biodiversité - Mammifères » - France métropolitaine

La Directive Cadre "Stratégie pour le Milieu Marin” (DCSMM) exige le maintien ou la restauration du "Bon Etat Écologique" (BEE) des eaux marines européennes d’ici 2020. La surveillance et l'évaluation du BEE pour les espèces mobiles représentent un défi dû aux grandes échelles spatiales utilisées et à la grande hétérogénéité spatio-temporelle du milieu marin. Le présent rapport synthétise l’ensemble des données et connaissances les plus pertinentes et justes, disponibles en 2017 pour l'évaluation de l'atteinte du BEE des mammifères marins dans les eaux marines sous juridiction française (et audelà). Quatre sous-régions marines (au sens de la DCSMM) sont évaluées pour l’atteinte, ou non, du BEE vis-à-vis du Descripteur 1 (Biodiversité) relatif aux mammifères marins. Cette évaluation concerne quatre groupes d'espèces de mammifères marins : les mysticètes, les petits odontocètes à dent, les odontocètes grands plongeurs et les phoques. D’une manière générale, l’évaluation exhaustive du BEE n’a pu être menée par manque de données pertinentes sur de nombreuses espèces de cétacés, en particulier pour les espèces de grandes baleines, de cétacés grands plongeurs, et dans la sous-région marine Méditerranée Occidentale. Les principales limites rencontrées pendant l’évaluation sont un manque de connaissances et de données de long terme sur de nombreux cétacés, notamment océaniques, ainsi qu'un manque de puissance statistique à détecter avec suffisamment de confiance un changement dans les indicateurs utilisés. Nonobstant ces limites, le BEE n’est pas atteint dans les 3 sous-régions marines qui ont pu être évaluées quantitativement (Manche-Mer du Nord, Mers Celtiques et Golfe de Gascogne). Cette conclusion découle entièrement des niveaux de captures accidentelles d’une ampleur à affecter la dynamique des populations de deux espèces de petits odontocètes, le marsouin commun et le dauphin commun. Les captures accidentelles sont le plus grand obstacle quant à l’atteinte du BEE pour la composante « mammifères marins » du Descripteur Biodiversité dans les eaux marines françaises et devra donc faire l'objet d'objectifs environnementaux et de mesures spécifiques lors du second cycle de la DCSMM.