Poissons et Céphalopodes - Façade Méditerranée

Publié le 29 mai 2020 — Modifié le 29 mai 2020

Évaluation de l’atteinte du bon état écologique des Poissons et Céphalopodes au titre du descripteur 1

Synthèse : D1 - Biodiversité - Poissons / D1 - Biodiversité - Céphalopodes

  • Pour la présente évaluation, des catégories d’espèces ont été définies en adéquation avec la répartition des travaux liés à la mise en œuvre des programmes de surveillance, et en identifiant pour chacune les espèces à évaluer sur la base de critères scientifiques, opérationnels ou réglementaires.
  • Chacun des deux instituts co-pilotes (MNHN et Ifremer) a développé et appliqué sa propre méthode d’évaluation de l’atteinte du BEE pour les espèces appartenant aux catégories relevant de leur champ d’évaluation, en lien avec la disponibilité ou non de données et d’indicateurs opérationnels.
  • La méthode utilisée par le MNHN repose sur un travail de synthèse bibliographique des différents diagnostics et expertises susceptibles de renseigner qualitativement l’état écologique des populations (critères D1C2, D1C3, D1C4, état écologique « global », tendance d’évolution), et des informations relatives aux effets néfastes directs des pressions anthropiques impactant cet état écologique.
  • La méthode utilisée par l’Ifremer permet une évaluation quantitative du critère D1C2 (abondance des populations de poissons) pour les populations d’espèces bentho-démersales du plateau continental sensibles à la pression de pêche. Pour les espèces de poissons pélagiques du plateau continental, ce même critère est renseigné par les résultats de l'évaluation du descripteur 3 lorsque des évaluations de stocks sont disponibles. Pour les autres groupes d’espèces relevant du champ d’évaluation de l’Ifremer ainsi que les critères actuellement non évaluables, l’avancée des connaissances depuis la dernière évaluation est présentée.
  • Dans la présente évaluation, l’atteinte ou la non-atteinte du BEE a pu être évaluée pour un total de 42 espèces à l’échelle de la façade MED (6 espèces de poissons côtiers, 5 espèces de poissons pélagiques, 28 espèces de poissons démersaux et 3 espèces de poissons amphihalins), soit moins de 20 % de la liste des espèces identifiées comme pertinentes à l’échelle nationale pour l’évaluation des composantes « Poissons » et « Céphalopodes ».
  • Parmi le nombre restreint d’espèces pour lesquelles l’atteinte du BEE a pu être évaluée, 6 espèces de poissons côtiers, 4 espèces de poissons pélagiques, 10 espèces de poissons démersaux, ainsi que 3 espèces de poissons amphihalins n’atteignent pas le BEE.
  • Concernant les poissons démersaux, 30 % à 37 % des espèces évaluées atteignent le BEE selon les zones étudiées. Ces espèces ne représentent toutefois qu’un peu moins de 7 % de la diversité de poissons et élasmobranches observée lors de la campagne MEDITS.
  • Aucune espèce de poissons d’eau profonde ni de céphalopodes n’a pu être évaluée.
  • Le développement méthodologique puis la mise en œuvre du programme de surveillance devraient permettre l’acquisition de connaissances sur la biologie et l’écologie des populations et des peuplements, et le développement d’indicateurs et de seuils pour évaluer leur état écologique en réponse aux pressions anthropiques.